Blog sur la cigarette electronique

Tout savoir sur le CBD dans la cigarette electronique

16

Temps de lecture : 8 minutes

Tout ce qu’il faut savoir sur le CBD & les eliquides.

Cet article a vocation à répondre à toutes les questions que soulève ce produit encore très récent. Pas de panique, vous n’avez pas besoin d’y connaître quoique ce soit en cigarette électronique, en e liquide ou dans la culture du cannabis pour comprendre de quoi il retourne.

L’arrivée de ce produit dans la cigarette électronique était assez prévisible, néanmoins l’essentiel des acteurs de la vape se sont spécialisés dans les problématiques rencontrées par les fumeurs de tabac.  Ce qui signifie qu’ils sont encore assez peu à jour sur les bonnes pratiques du CBD. J’ai personnellement pu voir des professionnels faire tester des e-liquides dosés à plus de 1000 mg de CBD en prétendant que ce n’était rien (on pourrait comparer cela à vaper un booster de nicotine pur).

Or des questions, le CBD en soulève beaucoup ! Non seulement il s’agit d’une nouvelle molécule à vapoter, il faut donc établir clairement les points communs et séparations avec la nicotine que le monde de la vape connaît bien désormais. D’autre part, l’affiliation directe avec le Cannabis – substance aujourd’hui au centre de nombreux débats politiques, commerciaux et médicaux – fait du CBD l’objet de nombreuses spéculations qui, dans la majorité des cas, frisent le mysticisme pur et dur.

Il faut d’abord savoir que vous entendrez tout et n’importe quoi sur les e liquides au CBD. C’est une fatalité. Une partie de l’opinion publique n’a même pas encore dépassé la croyance selon laquelle la cigarette électronique consiste à se mettre de l’eau dans les poumons, alors quand cette dernière aura vent d’une substance cousine du cannabis dans les clearomiseurs, cela aura de quoi nourrir des fantasmes.

 

C’est quoi le CBD ?

Formule du CBD

 

Le CBD ou cannabidiol est une substance du groupe des cannabinoïdes. Les phytocannabinoïdes pour être précis, ce qui signifie que la substance est présente naturellement dans la plante (en opposition aux molécules de synthèse). Pour information, ce groupe ne comprend pas moins de 113 substances actives. Attention d’ailleurs à ne pas confondre le cannabidiol (avec un D) dont il est question avec le fameux (THC) tétrahydrocannabinol et le (CBN) cannabinol (avec un N) qui appartiennent au même groupe mais qui sont très différents.

Le CBD est une substance non-psychoactive. C’est-à-dire qu’il n’y a pas d’effet direct sur le système nerveux. (Pour rappel : le tabac et l’alcool sont des substances psychoactives plutôt lourdes).

C’est dans le cadre de la recherche neuropsychiatrique (principalement sur l’épilepsie et la schizophrénie) que la science a commencé à s’intéresser au CBD et l’essentiel de ce qu’on sait aujourd’hui découle de ces travaux scientifiques.

C’est déjà un premier bon point pour le CBD : c’est avant tout parce que les traitements antérieurs étaient peu efficaces et comportaient des effets secondaires que la recherche médicale s’est penchée sur les cannabinoïdes qui ont donné des résultats très positifs tout en respectant le métabolisme humain. Inutile de dire que les doses utilisées dans la recherche dépassent de loin tout ce qu’on rencontrera dans un contexte de vapotage.

Pour le dire très simplement : Voilà une bonne dizaine d’années maintenant qu’on entend parler de la recherche médicale sur le Cannabis. Le CBD est l’un des enfants de ces travaux. C’est probablement pour cette raison qu’il sera beaucoup plus difficile de légiférer sur cette substance qui, contrairement à la nicotine, a avant tout été développée dans un contexte médical. Nous y viendrons un peu plus tard.

 

Quels sont les effets du CBD  ?

Attention : cette partie n’a pas vocation à faire une apologie, un procès ou à discuter de partis-pris politiques. Dans cette section nous allons nous contenter d’aborder de façon simple les effets purement biologiques de ce produit. Pas de panique, nous avons volontairement recouru à la périphrase pour éviter l’essentiel des mots compliqués.

Contrairement à son oncle le THC et comme indiqué précédemment, le cannabidiol n’est pas une substance psychoactive. Ceux qui cherchent des sensations fortes et des hallucinations peuvent d’emblée passer leur chemin.

Des effets, il y en a tout plein et c’est assez normal. Notre corps et notre cerveau sont dotés de toute une panoplie de récepteurs qui réagissent aux cannabinoïdes. En fait, ces récepteurs, déjà présents dans nos corps, forment ce qu’on appelle dans le jargon scientifique “le système endocannabinoïde”. S’il est important de souligner ce premier point, c’est que les cannabinoïdes agissent sur des zones qui sont déjà biologiquement aptes à recevoir des stimulis de ce type – contrairement à d’autres substances comme l’alcool qui interagissent avec des fonctions biologiques peu aptes.

C’est pour cette raison que l’euphorie de l’alcool ne peut pas être atteinte sans s’esquinter le foie. C’est très loin de ce qu’il sait faire, donc il le fait mal. En revanche, certains cannabinoïdes, à commencer par le CBD vont déclencher des mécanismes biologiques auxquels le corps est déjà habitué. De nombreux effets vont donc pouvoir avoir lieu bien avant d’atteindre un dosage déconseillé.

 

Après cette “courte” présentation, entrons dans le vif du sujet .

Effets du CBD

  • L’effet le plus explicite du CBD se traduit par une augmentation du taux d’anandamide, une des molécules principale dans le sentiment de bien-être de l’après le sport (le chocolat fonctionne un peu de la même manière). Autrement dit, c’est proche de la sensation qu’on ressent après avoir fait de la course à pied – sans la fatigue, ça va de soi.
  • On trouve un effet anxiolytique (contre les effets du stress et de l’angoisse)
  • Il présente aussi un effet antipsychotique (d’où son intérêt dans les traitement de la schizophrénie et de l’épilepsie.)
  • Le CBD agit comme un antalgique léger (antidouleur)
  • Soulage la nausée
  • Soulage les migraines
  • Soulage les inflammations
  • Aide contre l’insomnie

Notez que tous ces éléments sont encore sujets à débat dans le monde scientifique. Pour les anglophones qui veulent explorer les discussions les plus récentes (Août 2017), je vous conseille de consulter cet excellent article intitulé Comprehensive Review of Medicinal Marijuana, Cannabinoids, and Therapeutic Implications in Medicine and Headache: What a Long Strange Trip It’s Been ….

 

A quoi sert le CBD dans la cigarette electronique?

Pour le dire très simplement, lorsqu’il est vapoté, le CBD est au cannabis ce que la Nicotine est au tabac. Soit une manière d’isoler le produit qui nous intéresse sans avoir à supporter toutes les substances et effets indésirables qui l’accompagnent.

On peut déjà anticiper que trois profils de vapoteurs de CBD vont potentiellement voir le jour

  • Vaper du CBD en vue de diminuer ou d’arrêter la consommation de cannabis.
  • Vapoter du CBD pour se détendre et se relaxer.
  • Vapoter du CBD comme pratique récréative (pourra parfois rejoindre les deux autres profils).

 

Quel dosage de CBD choisir dans un eliquide ?

Alors que beaucoup de professionnels de la vape n’ont toujours pas compris que les correspondance du type “vous fumez X cigarette par jour donc il vous faut X mg/ml de nicotine” sont parfaitement vides de sens (on n’insistera jamais assez sur ce point), le CBD soulève des question similaires encore plus problématiques. Je redoute un peu les réponses que certains pourront hasarder.

Autrement dit : si quelqu’un essaie de vous conseiller un dosage de CBD en fonction de votre consommation exprimée en nombre de joints, hochez la tête, souriez poliment et partez demander conseil à quelqu’un d’autre.

 

Déterminer le dosage de CBD qui vous ira bien.

  • Vous vous en doutez déjà probablement, mais le premier élément qui entre en jeu est le modèle de votre cigarette électronique. Comme pour la nicotine, on ne va pas choisir le même dosage si on a un réservoir qui vaporise 2 millilitres par bouffée qu’avec un kit de démarrage qui vaporise le même volume en une journée entière. Pour le dire plus simplement : plus votre cigarette électronique fait une vapeur dense, plus le dosage doit être bas.
  • Le CBD met plus de temps à agir que la nicotine. Tester une fois rapidement n’est donc pas vraiment un exercice concluant. Il faudra alors commencer par vous demander comment vous comptez vapoter le CBD dans le temps. Petites sessions d’une 20aine de minutes (conseillé pour imiter la gestuelle de la marijuana) ou plus étalé sur la longueur (approche que vont privilégier ceux qui ne recherchent que l’effet relaxant.
  • Les dosages bas (< 150 mg par flacon de 10ml ou 15 mg/ml) sont adaptés à du vapotage ponctuel comme sur la longueur. Les effets sont très doux et à moins de descendre la bouteille en un quart d’heure, il n’y a strictement rien à craindre côté surdosage.
  • Les dosages moyens (entre 150 et 300 mg par flacon de 10 ml) ont des effets plus marqués. Il est recommandé d’y aller progressivement et par étape. On reste dessus à son rythme une quinzaine de minutes, puis on fait une pause. Il est préférable de s’arrêter un peu avant d’être arrivé à l’effet désiré.
  • Les dosages élevés (entre 300 et 500 mg par flacon de 10 ml) semblent correspondre à un usage récréatif. Il n’est pas utile de les vapoter sur la longueur.
  • Les dosages très élevés (à partir de 500 mg par flacon de 10 ml) sont destinés à être dilués! Ne les vapotez pas seul. Ne les vendez pas comme tel si vous êtes un professionnel ! Comprenez qu’à ces doses vos récepteurs principaux vont saturer rapidement. Ce qui revient à dire que vous gaspillez énormément d’e-liquide pour un tout petit peu d’effet supplémentaire. Ça ne sert à rien de faire le malin, dans le meilleur scénario les effets vont durer un peu plus longtemps et vous aurez jeté de l’argent par les fenêtres.
  • À moins que vous ne fassiez votre propre jardinage (et encore), la concentration de principes actifs dans votre consommation actuelle est déjà extrêmement variable et c’est là le cœur de la difficulté : comprendre son propre niveau de tolérance. Dans un eliquide au CBD, le taux est fixe et contrôlé. Le passage de l’un à l’autre peut donc demander un léger tâtonnement qui sera facilité par la possibilité de diluer les e-liquides. C’est donc une bonne idée de se munir d’une base neutre et non nicotinée pour adoucir le tout.

 

Le booster de CBD

 

Booster CBD weedeo
Booster de CBD Weedeo par Liquideo

 

Le booster de CBD est un conditionnement spécial qui marche selon le même principe que le booster de nicotine. Il s’agit d’un flacon 10 ml contenant un e-liquide fortement dosé (généralement entre 500 et 1500 mg). l’intérêt est de pouvoir le diluer dans une base neutre pour fabriquer un grand volume de e-liquide au CBD. Naturellement cette solution est plus économique, toutefois il faudra faire le mélange soi-même.

Avec un seul booster de CBD dosé à 1000 mg (soit 100 mg/ml) on peut par exemple faire 20 flacons 10 ml contenant chacun 50 mg. Pour y parvenir il faudra mélanger le booster avec 190 ml de base neutre non nicotinée.

Si vous naviguez sur un ordinateur, nous vous avons déblayé la partie mathématique,  vous trouverez la liste de tous les dosages possibles en suivant ce lien.

 

Comment vapoter du CBD ?

Pour vapoter du CBD il faut bien sûr une cigarette électronique et un e-liquide au CBD. Ce qui signifie qu’il faut être capable de faire la différence entre un e-liquide au CBD et de l’huile de cannabidiol diluée. La différence est de taille et la mention n’est pas toujours claire chez les différents revendeurs. Une huile de CBD est faite à la base pour un usage oral.

En règle générale, ce qu’on trouve dans les eliquides ce sont des cristaux (plus faciles à mélanger) et non pas de l’huile pure. L’huile n’est pas prévue pour cet usage et même si certains prétendent que cela fonctionne, notez que cela peut user prématurément (voir endommager immédiatement) votre matériel et que vous perdez l’intérêt premier du eliquide au CBD : il y a une seule façon d’en faire et on sait qu’elle marche dans un contexte de vape, sans aboutir à de mauvaises surprises.

Si vous avez du mal à choisir une cigarette électronique compatible avec les eliquides au CBD nous y avons consacré un article ici.

 

Vapoter du CBD et fumer en même temps ?

Cela ne va probablement pas causer de risque supplémentaire en terme de surdosage ou de dépendance. En revanche, le CBD et les autres principes actifs de Cannabis Sativa sont parfois antagonistes. Selon les variétés, cela peut donc être contre-productif car certains effets s’annulant mutuellement.

 

Est-ce que le CBD est une drogue ?

Chez Le Petit Fumeur on sait faire beaucoup de choses, mais se substituer aux autorités compétentes pour répondre objectivement à cette question, c’est au-dessus de nos qualifications. Or il s’avère que les autorités compétentes évitent soigneusement le sujet des cannabinoïdes en général, parce qu’elles espèrent les vendre massivement dans un futur proche sous la forme de traitements. Il s’agit aussi de ne pas avoir à désavouer trop brutalement certaines politiques assez arbitraires à l’égard des cannabinoïdes, dont certaines sont encore assez tenaces.

Nous ne pourrons donc apporter que des opinions pour répondre à cette question. Comme tout comportement susceptible de provoquer un sentiment de bien-être au sens le plus large (incluant sport, thé/café et vie intime), il y a une barrière qui sépare le raisonnable du déraisonnable. Si vous avez des doutes sur votre capacité à rester du bon coté de la barrière, faites demi-tour. Vous n’avez rien à prouver.

De façon plus globale, nous encourageons chaque lecteur à se questionner autant que possible sur son propre rapport à toute substance susceptible d’être consommée ponctuellement ou sur la longueur. Notre vision est celle qui prévaut dans le monde de la cigarette électronique : privilégier le moins pire et lorsque cela est possible, ne rien prendre du tout, qu’il s’agisse de CBD, de nicotine, de médicaments, d’additifs alimentaires, de certains aliments …etc.

 

Est-il possible de se surdoser en CBD ?

Il est théoriquement possible de se surdoser en CBD. Comme évoqué précédemment, le cannabidiol est un peu plus long que la nicotine à agir. On peut donc se laisser aller sans faire attention et en vapoter un peu trop avant que le surdosage ne se manifeste.

En revanche les concentrations nécessaires pour arriver au surdosage le rendent extrêmement peu probable. Les seuls tests existants à ce jour sont ceux de la Current Drug Safety. L’étude n’a pas relevé un seul symptome de surdosage en dessous de 1500 mg / jour. Vu le prix de ces eliquides, il faudra donc probablement souscrire à un emprunt pour parvenir à se surdoser.

Ensuite, les effets du surdosage en CBD sont beaucoup plus supportables que le surdosage de nicotine. Il se traduit par une sensation d’engourdissement accompagné par une sensation de raideur musculaire. Il suffit de faire une pause éventuellement accompagnée d’une bonne nuit de sommeil si de la fatigue s’est accumulée. Comme toujours, consulter un médecin si les symptômes persistent.

Est-ce que le CBD est légal ?

Il n’existe aucune législation sur le CBD à ce jour. On peut donc s’en procurer, en avoir sur soi et en consommer légalement. Attention toutefois à privilégier la qualité du produit ! Si la préparation n’est pas pure, il est possible qu’elle contiennent des sous-produits comme du THC. Ces sous produits peuvent aboutir à un test de dépistage urologique positif ! N’achetez donc pas n’importe quoi. Si vous trouvez un eliquide au CBD pas cher, il y a une raison. En dernier recours et si vous avez un doute, restez strictement en dessous des 300mg / jour.

 

Est-ce que le CBD finance le terrorisme ?

La question peut prêter à sourire, mais certains m’ont déjà posé la question avec un petit air de défiance. Non, le CBD ne finance pas le terrorisme. D’une part, les canaux de distribution et de production sont jalousement contrôlés pour éviter les dérives de fabricants qui songeraient hypothétiquement à empiéter sur des marchés prohibés. Ensuite, sans même remonter le long des réseaux, un peu de logique suffit pour trouver la réponse : les variétés de plantes qui servent à alimenter les réseaux clandestins ont été spécialement croisées depuis des générations pour favoriser des concentrations délirantes de THC au détriment des autres cannabinoïdes, à commencer par le CBD. En fait, en l’état actuel des choses, il leur faudrait tout reprendre à zéro pour alimenter un marché très controllé. Autrement dit, ce ne serait pas rentable. On peut donc vapoter du CBD sans s’inquiéter de ce point là.

16 Comments
  1. MELODY says

    Bonjour!
    Je souhaiterais tester le cbd pour des douleurs assez forte ( en complement d’un traitement médical qui ne marche pas assez). Je vape depuis plusieurs années en 3MG de nicotine, sur dripper en Meca BF.
    Par contre je suis un peu perdue.. Puis je vaper du cbd sur dripper ou obligatoirement sur tank?
    Quel dosage privilégié? Plutot dosage haut sur tank ou dosage plus bas sur dripper? Sachant qu’il faudrait que se soit le plus “puissant” possible, dans le sens ou je voudrais être “sure” que les effets soient la plutot que d’essayer sans succès..
    Si se vous auriez un petit peu de temps pour m’éclairer se serait top!
    Merci d’avance 🙂

    1. Olivier says

      Bonjour Melody,

      En soi, les liquides au CBD fonctionnent comme les eliquides ordinaires on peut donc les vapoter sur tank ou sur dripper selon sa préférence. Comme toujours dans la vape, les drippers donnent de meilleurs résultats et sont plus respectueux de l’eliquide puisque ce dernier n’est pas soumis continuellement aux variations de température de la résistance.
      Si j’ai tendance à suggérer l’utilisation de réservoirs plus “modestes” c’est d’abord pour une question de prix : un dripper consomme l’eliquide vraiment plus rapidement et les eliquides au CBD ne sont pas donnés.
      Ensuite, comme mentionné plus tôt, le CBD est un peu plus long à se faire sentir que la nicotine, ce qui signifie qu’il faut s’arrêter un peu avant son stade “idéal”. Or pour les novices du CBD, ce n’est pas toujours facile d’identifier où se situe ce point. Dans ces circonstances, la puissance d’un dripper n’est pas forcément la solution la plus facile pour apprivoiser le CBD.
      Enfin, dernière chose à savoir : les terpènes qu’on trouve dans beaucoup d’e-liquides au goût de chanvre ont un goût vraiment puissant. Sur un dripper qui va encore décupler les saveurs, j’ai trouvé ça trop fort et désagréable personnellement. Si vous êtes sensible de ce coté là, essayez peut-être de vous orienter sur des eliquides au CBD avec des goûts plus rigolos.

      Quelques conseils généraux :
      Sur dripper et sur tout atomiseur de puissance supérieure (cela peut donc aussi s’appliquer dans une moindre mesure aux TFV8 et autres atos subohm orientés grosse vape) préférez des dosages plus bas. En ce qui me concerne, j’ai testé jusqu’à 300 mg / 10 ml sur un Medusa et je pense qu’il est contre-productif de viser plus haut. Inversement, en dessous des 100 mg, on aura tendance à descendre la bouteille un peu trop vite lorsqu’on cherche des effets vraiment perceptibles.
      De façon générale, évitez les montages excessivement puissants. En dessous des 0.5 ohm sur un combo dripper/meca, ça commence à faire beaucoup pour le CBD.
      J’avoue ne pas savoir à quelle vitesse le CBD décante, mais dans une bouteille Bottom-Feed cela peut éventuellement poser problème. Pensez à secouer l’ensemble assez régulièrement pour éviter que tout s’accumule au fond.
      En alternative au dripper dans la catégorie reconstructible, j’ai trouvé que le Berserker de Vandy Vape (Une sorte de Nautilus reconstructible à tirage serré) fait des merveilles. Je pense qu’à l’heure actuelle on ne fait pas mieux pour vapoter du CBD dans une configuration avancée. Sur méca, je fais un bête montage kanthal 26 GA 6-7 spires axe 2 mm⌀ et c’est top. On peut même grimper entre 400 et 500 mg / 10 ml de CBD et économiser quelques euros sur la bouteille de cette façon.

      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas.

  2. bastien says

    Bonjour a tous, ce type de e-liquide m’interesse pas mal, mai je suis un peus rétissent sur un point… notamment sur le depistage de stupéfiant par la gendarmerie en cas de contrôle routier… sera’t’il positif ou négatif? (le test a frotté sur la langue) c’est le seul point qui me face flippé… si quelqu’un aurait une réponse ^^
    Bonne vape!

    1. Olivier says

      Bonjour Bastien,

      Les test salivaires détectent les traces de THC. Autrement dit, il faut privilégier un eliquide CBD de source sûre afin d’avoir la certitude de vapoter un produit absolument pur. Si cela peut vous rassurer, des gens de chez Weedeo ont carrément essayé de tremper un test salivaire dans leurs eliquides et le résultat fut négatif. A priori, pas d’inquiétude en restant de ce coté.

      1. bastien says

        super merci pour votre réponse, je vient de commandé un e-liquide au CBD (provenance du LPVPT), cela est rassurant de savoir que le test reste négatif (méme sans conduire en vapotant du CBD, mai les jours suivant aprés avoir vapoté).
        Merci pour votre réponse rapide.

  3. Kouamé says

    Bonjour,
    Je vapote depuis presque 3 ans maintenant, je me suis beaucoup renseigné sur internet (les vendeurs en boutique ont très souvent de grosses lacunes sur leurs produits…) pour trouver le bon matériel, le bon liquide, les bons dosages…
    On m’a parlé du CBD il y a peu de temps. J’ai donc commencé par acheter des cristaux à diluer, mais assez compliqué au final pour avoir un bon rendu. Je viens de tester un booster 500mg avec une base neutre (200mg/ml pour 10 ml), c’est vraiment top! Je suis novice en la matière, donc je cherche encore le bon dosage.
    Je n’ai pas de question particulière, je souhaite juste vous remercier pour vos explications sur le sujet. Il est rare de trouver ce genre d’article et un blog aussi fourni. Merci pour votre aide, c’est un plaisir de vous lire.
    Bonne continuation et bonne vape 😉

    1. Olivier says

      Bonjour,
      Merci pour ce commentaire et pour votre partage d’expérience! J’espère que vous trouverez votre dosage idéal sans encombres.
      Bonne vape à vous !

  4. FRANCOIS says

    Bonjour
    J’ai entendu parler d’effets antalgiques de certains composés du canabis, en particulier pour les douleurs inflammatoires et/ou articulaires.
    Est-ce que le CBD peut être utile pour ce genre d’utilisation ?

    1. Olivier says

      Bonjour,

      Cette question est délicate car d’ordre médical et nous ne sommes pas professionnels de la santé. Nous ne pouvons donc que vous proposer une synthèse de points de vue. En France, la question n’est pas encore d’actualité. En revanche, les “douleurs chroniques” font partie des indications prises en compte par l’Office Fédéral de la Santé Publique Suisse pour l’octroi des autorisations exceptionnelles de cannabinoïdes. Aux Etats-Unis, les discours varient aussi significativement d’un état à l’autre. Dans certains Etats on en fait même de la publicité, tandis qu’ailleurs c’est une pratique lourdement condamnée.

      Pour ne rien arranger, il est de plus en plus admis que les cannabinoïdes se comportent différemment en fonction des dosages. En d’autres termes, une consommation strictement médicale de CBD doit faire l’objet d’une prescription prenant en compte votre posologie, chose qui est malheureusement hors de la portée de ce blog.

      Si vous êtes anglophone, cet article sera sûrement plus à même de vous éclairer.

  5. Bab says

    bonsoir, est ce que l’orange bud cbd 30 mg est à mélanger ou bien doit on le vaper seul ?

    1. Olivier says

      Bonsoir et merci pour votre question.
      30 mg est un dosage bas. Vous pouvez donc le vaper tel quel. Il n’est pas interdit de le diluer dans un autre eliquide ou dans une base, toutefois cet e-liquide au CBD est initialement prévu pour être vapoté seul.
      Pour un meilleur rendu il est recommandé de secouer la bouteille avant remplissage.

  6. Loic says

    Bonjour

    J’ai aujourdhui acheté une vape pour essayer les e-liquids CBD de chez Panda Kush. J’ai opté pour un “Orange Bud 300mg”. Le vendeur m’a offert un booster nicotine 20mg, en m’indiquant d’ajouter 2 à 3 gouttes de celui ci dans mon clearomiseur (contenance 2mL).

    Un avis sur cette méthode, qu’il m’a conseillé pour obtenir un hit à la gorge ?

    1. Olivier says

      Merci de votre question, vous êtes loin d’être le seul à vous la poser.

      Le CBD provoque déjà un hit naturel en gorge. Il est légèrement différent de celui de la nicotine néanmoins. Personnellement je dirais qu’il se situe un peu plus loin au niveau du pharynx.
      Il n’est pas déconseillé à proprement parler de mélanger nicotine et CBD, cependant nous considérons que c’est une mauvaise idée de doser la nicotine au jugé dans le clearomiseur. Ce n’est pas rien de se retrouver avec 2ml d’eliquide invapable parce que trop chargé en nicotine.

      Je vous conseille de commencer par essayer votre eliquide tel quel – au moins le temps d’un réservoir – le temps de prendre vos marques et éventuellement de vous habituer au hit du CBD. Si cela ne vous convient pas au bout de vos premiers 2ml, vous pourrez alors mélanger le booster de nicotine (dans une autre bouteille vide de préférence pour éviter les maladresses.) Pour vous assurer que ce ne sera pas trop fort, essayez de viser un taux de nicotine inférieur à ce à quoi vous êtes habitué d’ordinaire. En règle générale, ceux qui souhaitent un eliquide CBD + nicotine (assez peu de vapoteurs jusqu’ici, il faut le dire) semblent se satisfaire de 2/3 de leur taux de nicotine habituel.

      Vous pourrez par exemple mélanger les 8 ml restant avec 2 ml de booster pour obtenir un ensemble dosé à 4 mg/ml de nicotine. Si vous avez du mal avec les calculs de dosage / volumes & proportions, n’hésitez pas à utiliser les calculateurs de boosters.

  7. frollo says

    Bonjour. Quand je lis “Soulage les inflammations (à ce titre, il a parfois un petit air de famille lointain avec le paracétamol)”, je me dis que si tout est du même tonneau, il n’y a pas grand chose à tirer de ce texte. Pour mémoire, le paracétamol n’a pas d’effet anti-inflamatoire, à l’opposé d’autres molécules utilisées à visée antalgique que sont l’ibuprofène, le kétoprofène ou l’acide acétylsalicylique… Sinon, il serait notamment contre-indiqué chez la femme enceinte…

    1. Olivier says

      Très juste ! Et merci de la rectification. J’ai trouvé cette info dans un guide de pharma anglais qui a déjà quelques années (c’est heureusement le seul élément qui en est issu ici). Après vérification, le rapport Paracétamol / AINS est effectivement encore sujet à des approximations. Si besoin d’aller un peu plus loin, cet article de Nature exprime beaucoup mieux l’idée générale : https://www.nature.com/articles/ncomms1559

  8. Dami1 says

    Un grand merci pour ces conseils. Je vap du CBD depuis quelques semaines c’est peut-etre psychologique mais je trouve que je dors beaucoup mieux, Un autre pourra peut etre confirmer.

Leave A Reply

Your email address will not be published.